Driver

Publié le par Francois Lionet

J'ai donc acheté un bel Oric 1 au debut de ma première année à l'école vétérinaire de Lyon. Une super machine. Relativement petite, avec un clavier en plastique, minimal mais agréable à utiliser. Et surtout un affichage en 8 couleurs. Le luxe a cette époque. Les couleurs étaient évidemment extrèmement saturée (pour ceux qui connaissent, le rouge etait du genre 0xFF0000).
Cet ordinateur était basé sur un processeur 6502, le même que celui du Superboard. Je me retrouvais donc "à la maison".
Pour cet ordinateur, ne trouvant pas d'outil de développement, je me lancais immédiatement dans la programmation d'un assembleur / moniteur. Le deuxieme de ma carrière, ce fut facile.
Avec ce nouvel ordinateur, il me fallait trouver l'idée d'un jeu. Cette idée je l'ai eue dans une salle d'arcade temporaire dans une foire (la foire de Mai pour les Messins). Le jeu que j'avais repéré était un jeu de voiture : vous pilotez une voiture dans la labyrinte. Vous devez récupérer des drapeaux répartis dans l'écran. Vous êtes poursuivis par plusieurs voiture ennemies. Votre seule défense consiste en lacher des nuages de fumée qui ralentissent les ennemis.
Je me lançais donc dans la programmation de ce qui allait devenir mon premier jeu commercial.
L'Oric 1 proposait deux modes graphiques : un mode texte (40x25 caractères) et un mode graphique (320x200). Le tout en 8 couleurs. Mon jeu devait afficher un terrain en scrolling, il fallait donc bouger presque la totalité de l'écran a chaque boucle d'animation. Le 6502 était un petit processeur, et bouger 320x200/8 soit 8000 octets a chaque boucle d'animation était impossible. Je programmais mon jeu en mode texte.
Heureusement, le jeu de caractère de l'ordinateur était programmable. Je réalisais donc mon propre jeu de caractères pour ce jeu. La voiture, les drapeaux, les pompes à essence etc. La droite de l'écran affichait une carte du labyrinte vue de haut, et des points représentaient la voiture du joueur et des ennemis. Je programmais dynamiquement le jeu de caractère pour afficher cette carte. Ma première prouesse de programmation, et je n'étais pas peu fier lorsque cela marchait.
Je réalisais une dizaine de niveaux, tous plus difficiles les uns que les autres. Je dessinais chaque niveau entièrement sur papier avant la programmation. Cette programmation consistait en entrer des chiffres hexadécimaux pour définir le labyrinthe dans ma mémoire. Fastidieux.
Je voulais que ce jeu soit le plus sympa possible. Il fallait donc une bonne musique d'accompagnement. Ayant fait du piano toute mon enfance, je composais une petite musique (un genre de ragtime) sur le piano de la maison. L'Oric 1 proposait trois voies de musique simultanées. J'utilisais les deux premières voies pour la mélodie et l'accompagnement. La troisième voie était consacrée à la batterie, un petit tchi-tchi bien sympa. Ma première et dernière composition.
Vers le mois de Janvier 1981, mon jeu était terminé. Je le trouvais si bien que je pensais qu'il fallait en tirer quelquechose. Etant un lecteur assidu des magazines de jeux vidéos de l'époque (Titt, L'ordinateur Individuel), je regardais les pubs pour les éditeurs de jeux. J'en retenais 3 : Loriciels, Infogrammes et Dialog Informatique.
J'envoyais une lettre a chacun, présentant le jeu. Attente de la réponse. Suspense.
Prémière réponse : Loriciels. Ils sont d'accord pour publier le jeu en échange de jeux gratuits pris dans leur catalogue. Les radins! Inutile de dire que je n'ai pas donné suite. Deuxième réponse, Dialog Informatique. Ils sont très intéressés par le logiciel et aimeraient le voir. Pas de réponse d'Infogrames.
Je décidais donc de prendre rendez vous avec Dialog Informatique pour présenter mon jeu. J'achetetais mon billet de train vers Paris, dans l'un des premiers TGV. Dialog Informatique était situé dans une petite rue. Un seul bureau. Je fus accueillé par une personne que je devais fréquenter pendant de longues années, Jean Luc Pronier.
Très affable, il m'accueille d'une manière sympathique. Je lui montre mon jeu. Il me propose immédiatement de le publier. Nous cogitons sur un nom possible pour ce jeu, et Jean Luc trouve rapidement le nom "Driver".
Nous convenons de nous revoir une fois que j'aurais programmé une page de titre ainsi qu'une page de table de meilleurs scores. Je rentre à Lyon tout content! Je me lance dans la programmation de la page de titre, simple, un gros titre "Driver" animé. La page de meilleurs score fut également simple à réaliser.
Un mois après mon premier rendez-vous, je me rends de nouveau à Paris. Les additions au jeu furent acceptées immédiatement. Jean Luc mon montra alors des ébauche de pochette pour la boite du jeu. J'étais ébahi! Un très beau dessin à l'aérographe en couverture de mon jeu à moi! Incroyable.
Le jeu fut publié environ un mois après ce rendez-vous.

Commenter cet article

Eric Masquelier 30/07/2010 13:54


Excellent ton blog. Je me souviens parfaitement de la machine a tirer la chasse et celle plus tard pour nettoyer des verres de contact.Il me semble qu'il y en avait une pour tourner les pages de
partition automatiquement. Je me souviens aussi de micro emetteurs en kit que l'on cachait partout.
Eric